LE MONDE

http://www.lemonde.fr/m-voyage-le-lieu/article/2016/10/28/la-beaute-sacree-de-la-roumanie_5022205_4497643.html

http://www.lemonde.fr/m-voyage-le-lieu/article/2016/10/28/la-beaute-sacree-de-la-roumanie_5022205_4497643.html
La beauté sacrée de la Roumanie
Un « cimetière joyeux », des forêts de pins, des églises en bois et des villages perchés… Récit d’un périple d’une semaine dans le Maramures et en Bucovine.
LE MONDE | 28.10.2016 à 18h14 | Par François Bostnavaron
Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter
Partager (13 671)Tweeter
image: http://img.lemde.fr/2016/10/26/0/0/3364/2219/534/0/60/0/958da6a_10709-ruy4t2.7bnwlsdcxr.jpg

L’aéroport de Cluj-Napoca n’a pas la taille de Roissy, et c’est tout aussi bien ! En quelques dizaines de minutes, les formalités douanières sont faites et la Dacia de location est entre nos mains. Bien décidé à évacuer tous les clichés qui s’accrochent aux basques de ce pays latin, francophile et souvent francophone, nous voilà parti pour un voyage d’une semaine.
Au départ de Cluj, direction Breb, au nord-ouest de la Roumanie, première étape d’un périple qui nous reconduira à notre point de départ en passant par le Maramures – prononcez maramourech – et la Bucovine. Ne soyez pas inquiets : le réseau routier, surtout les axes principaux, est plutôt bien entretenu. Tout juste faut-il s’habituer à quelques ralentissements, conséquences des nombreux travaux de -voirie et surtout des carrioles à cheval qui parfois surgissent du bas-côté et baisseront singulièrement votre moyenne. Peu importe, les distances s’évaluent mieux ici en temps de parcours…
Après trois heures trente de paysages variés alternant forêts, pâturages et villages aux maisons de bois, nous arrivons à Breb, situé au pied du mont Gutai, dans la vallée de Mara. C’est l’église qu’on aperçoit en premier. En cette fin de journée, le soleil couchant baigne de lumière les clochers hauts et étroits recouverts de zinc.
image: http://img.lemde.fr/2016/10/26/0/0/1200/797/534/0/60/0/946bcf9_10188-45ss0y.l47j7wg66r.jpg

L’entrée de la pensiunea Lucia correspond à la description de ¬notre « road book » : un grand portail sculpté traditionnel sous un auvent, monté sur cinq piliers avec une double porte battante et une entrée individuelle. L’accueil par Lucica et Ioan, les propriétaires, est à la hauteur de ce que l’on pouvait imaginer : chaleureux et amical. La chambre est typique et pleine comme un œuf : c’est celle de la dot, où sont rangés les trousseaux des générations passées, un concentré d’artisanat local…
Les cloches de la biserica, la petite église, sonnent tôt le dimanche matin et l’office dure longtemps. Le temps de se préparer pour assister à la sortie des villageois qui ont gardé dans cette région leurs costumes traditionnels : foulard attaché sur la tête, chemisier blanc et jupe noire pour les femmes, ¬chemise blanche et un (très) petit chapeau ceint d’un ruban rouge pour les hommes.
Une région chahutée par l’Histoire
Autour de Breb, les lieux de visite ne manquent pas pour partir à la découverte de cette région, chahutée par l’Histoire, tant les habitants ont été réfractaires et ont résisté à toutes sortes de pouvoir, y compris à l’époque de Ceaucescu. Pour bien comprendre son évolution, il est indispensable de se rendre au Musée du totalitarisme de Sighet. Dans cette ancienne maison d’arrêt, chaque cellule est un espace ¬didactique qui permet de comprendre comment s’y est développée la résistance anticommuniste. On ne quittera pas Sighet sans aller voir la synagogue de style baroque et la maison natale d’Elie Wiesel, Prix Nobel de la paix, en 1986, mort le 2 juillet, qui naquit dans cette ville hassidique où plus de la moitié des habitants étaient juifs jusqu’en 1944, avant leur déportation massive. Sighet a longtemps été l’un des phares de la culture juive d’Europe centrale.
Lire aussi : A Sapintza, le cimetière qui se moque de la mort
De Sighet, il faut environ une demi-heure pour aller à Sapanta. Cette ville est réputée pour son « cimetière joyeux ». Est-il vraiment joyeux ? En tout cas, il vaut le détour. C’est un peu l’association prolifique d’un Douanier Rousseau local, d’un sculpteur amateur et d’un entrepreneur de pompes funèbres. Stan Ioan Patras, à qui l’on doit ce cimetière hors norme, était un peu les trois, à la fois.
image: http://img.lemde.fr/2016/10/27/0/0/3024/4032/534/0/60/0/1c2d71f_1500-1k44taq.4ed9w45cdi.JPG

De 1935 à sa mort, en 1977, les défunts du village ont eu droit à une stèle gravée, peinte de couleurs vives avec une scène de leur vie en bas-relief et une courte épitaphe. Près de 800 tombes sont ainsi ¬décorées et il est facile de trouver le métier des occupants, voire leur défaut. L’ivrogne aura une bouteille à la main et l’on reconnaît le garagiste… On peut toujours visiter la maison-atelier-musée occupée par Dumitru Pop Tincu, alerte sexagénaire qui a pris la suite.
On reprend la route. Une demi-heure plus tard, le regard est attiré par un monastère : Barsana. On peut s’y arrêter, mais c’est un peu la sauce Disneyland appliquée au monastère traditionnel roumain… L’étape du soir est programmée à la Casa Balin, chez Maria et Toader, à Botiza. L’endroit est terriblement dépaysant et attachant : trois maisons en bois au milieu d’un verger. Et comme, parfois, des ours peuvent s’aventurer, on s’attend à tout instant à voir surgir Boucle d’or… Après un repas préparé par nos hôtes – soupe, sarmales et gâteau local –, il est temps de prendre congé et de reconstituer ses forces en ¬prévision de la randonnée du lendemain. Chambre traditionnelle chauffée par un poêle à bois en faïence. Belle nuit en perspective…
image: http://img.lemde.fr/2016/10/27/0/0/4032/3024/534/0/60/0/2ab2bcd_9481-ot1pea.51frm2huxr.JPG

A 8 heures précises, Ioan, le guide, est là. Premier objectif, le marché de Rozavlea, grouillant et coloré. Toutes les générations s’y retrouvent. A deux pas, encore une belle église tout en bois de sapin et entièrement chevillée… Puis, c’est la visite de Ieud avant de repartir vers Moldovita. Ieud a la chance de posséder la plus ancienne église de bois du Maramures.
Meubles peints et tapis colorés
Cinq heures de moyenne montagne où alternent forêts de pins, pâturages et petits villages pour arriver à l’étape suivante. Les couleurs automnales ne sont pas sans rappeler l’Ouest canadien. On y croise des campements tsiganes. Il n’est pas rare de voir des Tsiganes vendre des cèpes au bord de la route… A Prislop, on peut s’arrêter pour profiter de la vue sur les forêts du Maramures et de Moldavie, voire tenter une visite au monastère.
La Casa Cu Meri à Moldovita n’a pas le charme des autres héber¬gements mais cela est compensé par la gentillesse de l’accueil de ¬Casian, son propriétaire. Un homme des bois au sens forestier du terme. La randonnée du lendemain, jusqu’au monastère de Moldovita, devient une véritable leçon sur la faune et la flore quand elle ne devient pas, parfois, une vraie leçon de vie. C’est en sa compagnie que nous irons rendre visite à un très vieux paysan ¬houtsoule – peuple slavophone des montagnes de Bucovine – isolé ou à une femme, également houtsoule, qui perpétue la tra¬dition des œufs peints…
L’avant-dernière étape doit nous mener à Sucevita. Les monastères se succèdent : celui d’Humor, de Voronet et son célèbre bleu, surnommé la « Sixtine de l’Est », l’église d’Arbore… Du bois, des façades peintes et colorées. Autant de haltes qui ponctuent joliment le parcours jusqu’à Sucevita, un village de Bucovine comme les autres : 2 800 âmes, de jolies maisons traditionnelles, et quelques-unes plus modernes, souvent associées à une voiture de marque allemande, symbole de réussite.
image: http://img.lemde.fr/2016/10/27/0/0/4032/3024/534/0/60/0/822b9d5_9593-171tt3o.eajfbf0f6r.JPG

La Casa Cu Cerbi, dernier hébergement en Bucovine, a gardé un charme d’antan enrichi d’objets chinés dans la région et au-delà. Les meubles sont peints, les tapis colorés et les murs recouverts de gravures ou d’icônes. Doïnita, l’hôte francophone, a créé des hébergements individuels dont l’ambiance, mélange de legs du passé et de confort moderne, ne laisse pas indifférent. Doïnita y sert une cuisine délicieuse et variée. En prime, en haut du verger, une adorable petite maison familiale idéale pour une tribu.
Avant de reprendre la route pour Cluj, il reste un monastère à voir à Sucevita. Classées au Patrimoine mondial de l’Unesco, ses fresques extérieures sont, si l’on en croit le guide, les mieux conservées de la région. Prêtez une attention particulière à l’« Echelle des vertus » et allez visiter l’exposition permanente qui donne à voir de beaux manuscrits richement enluminés.
Après cinq heures de trajet, la boucle est bouclée et Cluj s’offre à vous… Une ville faite pour les piétons avec l’immense place carrée de l’église Saint-Michel d’où partent pratiquement toutes les artères… Surtout ne pas hésiter à s’y aventurer. Cluj est très sûre, très cosmopolite, et surtout très branchée. Elle le doit, en partie, à une forte population étudiante, principalement en médecine. Il n’est pas rare d’entendre parler français et pour cause : nombre d’étudiants qui ont raté leur première année en France viennent tenter leur chance ici.
Carnet de route
Avant de partir
Deux guides qui se complètent : le guide « Evasion Roumanie », hélas plus édité mais facilement trouvable, et le Guide du routard « Roumanie-Bulgarie 2016/2017 » (Hachette, 540 pages, 14,20 euros).
Y aller
Au départ de Paris, deux options au choix pour se rendre à Cluj-Napoca : la compagnie hongroise à bas coûts Wizz Air (au départ de Beauvais) à partir de 29,90 euros l’aller, et Lufthansa (au départ de Roissy), avec un stop à Munich, à partir de 120 euros l’aller.
Sur place
Cette randonnée-découverte des villages des Carpates, Maramures et Bucovine est un voyage commercialisé par Terre d’Aventures (Terdav.com). D’une durée de neuf jours, de Cluj à Cluj, avec les étapes (Breb, Botiza, Moldovita,Sucevita et Cluj-Napoca) à partir de 695 euros par personne tout compris (repas, hébergements, randonnées guidées et location de voiture) à l’exception de l’aérien.
Lire aussi : La Roumanie est en passe de redevenir le grenier de l’Europe

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/m-voyage-le-lieu/article/2016/10/28/la-beaute-sacree-de-la-roumanie_5022205_4497643.html#sp0lwwpPY1vx0OAb.99

(14)